Fara Ndiaye
Le franc tireur de la triplette
Extrait de au-senegal.com

Vice-champion du monde de tir de précision en 2001 à l’âge de 18 ans et troisième joueur mondial en 2002, François Ndiaye dit Fara, est un as de la précision. Partout sur le rectangle, il est toujours en mesure de dégager les boules pour épouser le bouchon. A domicile, ce jeune de 25 ans veut rester maître.
Avec sept participations aux championnats du monde à son actif, le natif de Kaolack a réellement commencé à jouer à la pétanque à l’age de 6 ans par le biais de son grand-père. « Très jeune, je jouais à la pétanque devant chez moi au quartier Bongré sans penser que c’était un sport national » raconte-t-il ses débuts : « c’est comme cela que j’ai commencé à m’amuser, puis à faire des concours internationaux avec Bongré Boules Club. Avec les résultats que j’avais pu faire, j’ai été contacté par le Saly Bouliste Club avec qui j’ai signé un contrat sans aucune difficulté. Lors des qualificatifs aux championnats du monde 2001, j’arrivais devant tous les clubs du pays. Au mondial, je terminait vice champion du monde de tirs de précision et quart de finaliste en équipe » se souvient-il encore.

1 m 91 pour 82 kg, teint noir et un look toujours branché, Fara est l’une des pièces maîtresses de l’équipe du Sénégal aux mondiaux de Dakar prévus du 12 au 18 novembre. « Cette année, nous jouons chez nous et nous avons l’avantage du terrain et du public. Ce qui nous est favorable pour faire des résultats. Et, nous allons faire un résultat » martèle le porte-espoir des boulistes sénégalais avant de poursuivre : « l’équipe est en place, le moral est bon. On est vraiment confiant car nous sommes chez nous, c’est pourquoi on veut aller jusqu’au bout, gagner le championnat. Pourquoi pas ? Ou au moins monter sur le podium. »

Des ambitions qui coïncident avec celles de son président de club, le Saly Bouliste club. Simon Alain, tout fier d’avoir deux poulains dans les équipes du Sénégal espère une chose : « c’est que notre poulain, Fara, et qui est le poulain de tous, arrive au moins sur le podium au tir de précision. En équipe, j’espère être dans le carré d’as. Si on peut gagner la finale, cela peut être merveilleux pour le pays et cela pourrait remontrer le moral à tout le monde par rapport aux résultats du football. Espérons ! Prions ! Que toutes les deux équipes se battent et jouent pour le plaisir. Que le meilleur gagne » prie-t-il.